• ATTAQUE ET BRACONNAGE AU VIRUNGA

     

     

    LES GORILLES CONTRE LES BRACONNIERS DEPUIS DES ANNÉES

    C'est un véritable massacre silencieux qui, depuis des années, frappe les rangers du parc national des Virunga au Congo. Un endroit merveilleux, qui couvre 7 800 kilomètres carrés et abrite une variété de faune et de flore enviable et précieuse. Un patrimoine aussi précieux que difficile à défendre, surtout en ce qui concerne les animaux qui le peuplent.

    Le parc est notamment célèbre pour la présence de gorilles de montagne (beringei beringei), une espèce animale en voie de disparition et, surtout dans ce lieu, en proie à la chasse illégale. Et c'est précisément aux braconniers que nous devons les terribles attaques subies par ceux qui cherchent, malgré d'innombrables dangers, à protéger le patrimoine naturel. Malheureusement, ce n'est pas toujours simple, comme le montre l'épisode tragique qui a coûté la vie à pas moins de 12 rangers et 4 civils.

     

    À Rumangabo, où se trouve la zone naturelle des Virunga, l'embuscade d'un groupe de personnes armées n'a laissé aucune échappatoire aux 12 rangers, ni aux 4 civils qui les accompagnaient. Selon les rapports et les reconstitutions, les assassins ont tendu leur piège en ciblant les véhicules sur lesquels se trouvaient les rangers et les autres.

    Les victimes s'étaient depuis longtemps consacrées à la protection du parc et de leurs invités, avec une attention particulière pour les gorilles de montagne. Une telle attaque, bien qu'elle ne soit pas nouvelle dans ces régions, n'avait jamais été vue auparavant. Le nombre de personnes impliquées a largement dépassé celui des victimes des précédentes embuscades. Malgré cela, selon le WWF, environ 200 rangers auraient perdu la vie en 20 ans aux Virunga, dans l'accomplissement simple et utile de leur travail. Des chiffres qui font frémir et qui s'apparentent à un véritable massacre.

     

     

    ATTAQUE ET BRACONNAGE AU VIRUNGA

    Selon les enquêtes, il semble presque évident que l'attaque – comme d'autres dans le passé – a pu partir de l'absence de scrupules des braconniers et des bandes criminelles qui, ici, dans la plus ancienne zone naturelle protégée de toute l'Afrique, n'ont jamais accepté les restrictions imposées à leurs objectifs de chasse illégale. Une situation compliquée et dangereuse, dans laquelle des femmes et des hommes luttent chaque jour de manière héroïque pour garder intact un patrimoine qui appartient à l'humanité entière.

     

     

    ATTAQUE ET BRACONNAGE AU VIRUNGA

    Source : wwf.italy 

     


    3 commentaires
  • GARE AUX CROCOS....

     

    GARE AUX CROCOS....

     

    pont Lukuga à Kalemie

     

    Kalemie : 8 personnes tuées par des crocodiles sur la rivière Lukuga

    Huit personnes ont été tuées en l’espace d’un mois et demi par des crocodiles sur la rivière Lukuga, à l’ouest de Kalemie. Selon des sources locales, ces attaques des crocodiles deviennent fréquentes et les mouvements des pêcheurs sur cette rivière ont sensiblement baissé. Le poisson se fait de plus en plus rare sur le marché.

    Selon certains pécheurs, leurs activités ne tournent plus bien à cause de la présence des crocodiles sur la rivière Lukuga. Ils attaquent toutes les pirogues qu’ils rencontrent.

    « La première victime, c’est un jeune garçon du village de Kambi ya Wima, parti faire la pêche. Et sa pirogue et lui-même, rien n’a été trouvé. Ensuite, un autre pêcheur a perdu tous les deux bras : il est mort au centre de santé de Kiluba pour avoir beaucoup saigné. Un troisième n’a pas été retrouvé ; la famille a enterré seul le coude du bras ramassé sur le rivage. Celui de Makala a eu la vie sauve pour avoir vite sauté sur une ile », raconte un pécheur. 

    Ces attaques des crocodiles restent une menace pour les pécheurs, qui ne savent plus vaquer à leurs occupations dans le secteur de Kambi ya Wima à 31 km à l’ouest de Kalemie.

    Source : radiookapi.net 

     

     


    3 commentaires
  • POUR QUI????

    Maquette des hôtels Novotel à construire en RDC

     

    RDC : Accor et CHIC signent un contrat pour construire 3 hôtels de marque Novotel à Kinshasa, Lubumbashi et Kolwezi

    Accor et la Compagnie hôtelière et immobilière du Congo (CHIC) ont signé un contrat pour construire trois hôtels de la marque Novotel à Kinshasa, Lubumbashi et Kolwezi. Le contrat pour la construction de trois établissements a été conclu lors de Africa Hôtel Investment Forum (AHIF) tenu en Éthiopie du 23 au 25 septembre dernier. Le communiqué a été rendu public ce dimanche 6 octobre.

    Cette démarche vise, selon le groupe, à implanter les établissements Novotel dans la capitale Kinshasa et dans deux principaux centres miniers au sud du pays : Lubumbashi et Kolwezi, rapporte un communiqué du groupe Accor.

    De son côté, Farhan Charaniya, responsable du développement du CHIC a indiqué que son entreprise dédiée à l’industrie hôtelière est résolue à contribuer au développement socio-économique de la RDC, un pays riche en ressources naturelles et en capital humain, qui va connaitre un essor considérable du tourisme d’affaires.

    « CHIC s’emploie à développer des hôtels de qualité à travers le pays afin de soutenir le potentiel de croissance de la RDC et nous sommes ravis de nous associer à Accor afin d’atteindre cet objectif », note-t-il.

    A Kinshasa, l’ouverture de Novotel d’une capacité de 115 clés est prévue en décembre 2020. Il sera situé sur l’avenue Bandundu dans le centre-ville.

    A Lubumbashi, la deuxième plus grande ville de la RDC et capitale minière, l’ouverture de Novotel d’une capacité de 120 clés est prévue en décembre 2021.

    Dans la capitale de la province du Lualaba, l’ouverture de Novotel Kolwezi d’une capacité 102 clés est prévue en décembre 2022.

    Accor exploite déjà deux établissements sous la marque haut de gamme Pullman en RDC à savoir : Pullman Kinshasa Grand Hôtel et Pullman Grand Karavia à Lubumbashi.

    Source :radiookapi

     


    1 commentaire
  • ET QUOI EN RETOUR???????

     

    Séjour de Le Drian à Kinshasa : la France annonce une aide de 300 millions d'euros à la RDC

     

    La France annonce un renforcement de son aide à la RDC, à hauteur de « 300 millions d’euros sur l’ensemble du mandat du mandat du président Tshisekedi ». Un communiqué conjoint publié lundi 20 mai à Kinshasa à l’issue de l’entretien entre le ministre français de lʼEurope et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et le président congolais, Félix Tshsekedi, détermine trois axes prioritaires de cette aide : l'éducation, la santé et la sécurité.

    En matière de l’éducation, le communiqué met l’accent sur la construction de 700 salles de classe et le paiement de plus 30 000 enseignants depuis 2013. Le communiqué annonce également un appui renforcé aux grandes écoles de formations de l’Administration congolaise telles que l’Ecole nationale d’administration (ENA), l’Institut national de formation judiciaire (INAFORJ) et l’Académie diplomatique.

    La lutte contre l’épidémie à virus Ebola, qui frappe la région de Beni et Butembo (Nord-Kivu) et une partie de l’Ituri, depuis environ dix mois, constitue la priorité dans le secteur de la santé. A cela s’ajoute la lutte contre le choléra, par l’assainissement et l’adduction d’eau potable.

    La coopération au plan sécuritaire entre Paris et Kinshasa porte sur la stabilisation de l’ensemble du territoire de la RDC. L’accent est mis sur le renforcement des capacités des FARDC, notamment à travers la formation des cadres de l’armée nationale.

    Les actions communes sur des projets importants entre les deux pays vont porter principalement sur la Francophonie et la lutte contre les changements climatiques.

    Source :radiookapi

     

     


    2 commentaires
  • TEST DE BON FONCTIONNEMENT DU PRODUIT???

     

    Un incendie s'est déclaré dans une usine de fabrication des allumettes à Kinshasa

     

    Une usine de fabrication d’allumettes a pris feu la nuit de dimanche à ce lundi 13 mai à la 7e Rue dans la commune de Limete à Kinshasa.

    Les sapeurs-pompiers de la Mission de l'ONU en RDC (MONUSCO) se sont rendus sur place pour soutenir leurs collègues congolais à combattre le feu.

    En raison de la toxicité des produits chimiques qui brûlaient, les autorités conseillent aux habitants des environs de maintenir les fenêtres et les portes fermées pour éviter toute respiration des produits chimiques.

    Les climatiseurs doivent également rester éteints, recommandent les autorités.

    L'origine de l'incendie n'est pas encore connue.

    Source : Radio Okapi 

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique