• Sous les jupes des filles

     

    Sous les jupes des filles

     

    Au Swaziland, la minijupe et le jean taille basse seront bientôt interdits par la loi

     

    En mars 2008, des manifestantes swazies ont défilé à Johannesbourg contre les agressions sexuelles et pour défendre leur droit de porter des mini-jupes.

    « Le viol est facilité parce qu'il est facile de retirer la petite pièce de tissu portée par les femmes. » Selon le site sud-africain Independent Online News, c’est ainsi que la porte-parole de la police du Swaziland, Wendy Hleta, aurait justifié l’interdiction du port de la minijupe par les femmes swazies. Si le texte date de 1889 (il concernait, à l’époque coloniale, les tenues indécentes), la loi n’avait jusqu’ici jamais été appliquée dans le petit royaume, enclavé entre l’Afrique du Sud et le Mozambique. Toujours selon Wendy Hleta, les femmes qui portent des vêtements courts et moulants seraient responsables des agressions qu’elles subissent : « Les hommes, et même parfois les femmes, ont une tendance à “déshabiller les gens du regard”. Cela devient plus facile avec des vêtements moulants ou suggestifs. » Ainsi, le jean taille basse devra également disparaître du champ de vision masculin. Celles qui ne respecteront pas la loi risquent désormais jusqu’à six mois de prison. Mais que faire des tenues traditionnelles laissant les fesses et les seins des jeunes femmes visibles durant la très célèbre « danse des roseaux » ? Heureusement pour les touristes et le roi Mswati III, qui choisit chaque année une épouse parmi les jeunes vierges du pays, cette loi vestimentaire ne concerne pas les pagnes.

     

    Source :lefigaro.fr

     

    DANSE DES ROSEAUX

    SOUS LES JUPES DES FILLES...

     

    Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  

    MORY KANTE EST MORT

     

    LE CELEBRE MUSICIEN GUINEEN MORY KANTE EST MORT

     

    Le chanteur et musicien guinéen Mory Kanté est décédé d'une longue maladie ce vendredi 22 mai à l'âge de 70 ans dans un hôpital de Conakry, selon son fils Balla Kanté. Surnommé le « griot électrique », il avait contribué à populariser la musique africaine et guinéenne à travers le monde notamment avec son succès planétaire «Yéké Yéké».

    C'est surtout le tube « Yéké Yéké » qui lui a valu la consécration internationale. Ce titre, sorti en 1987 dans l'album Akwaba Beach, a fait danser la planète entière. Il a fait l'objet d'innombrables remixes à travers le monde.

    Mory Kanté était issu d'une grande famille de griots guinéenne et malienne. Il avait été formé dès son plus jeune âge à être un djeli et à conter en musique les épopées sans fin des familles. En 1960, il vit à Bamako et reçoit les influences de la rumba zaïroise, de la salsa cubaine mais aussi de la pop rock anglo-saxonne. Il joue du balafon, de la guitare et de la kora. Il va intégrer le Rail Band de Bamako en 1961. Le chanteur de ce groupe est un certain Salif Keita.

    Et puis d'Abidjan à Los Angeles, il n'aura de cesse de métisser sa musique traditionnelle et électrique. Son groupe, composé de 16 musiciens et 7 danseurs, comprend d'ailleurs 8 nationalités.

    Mory Kanté était une véritable star sur le continent mais il avait aussi triomphé en France (avec un disque d'or en octobre 1988 et une Victoire de la musique du meilleur album francophone) et en Europe. Il se produisait sur toutes les grandes scènes du monde. Son dernier album, La Guinéenne, était sorti en 2012.

    Source :RFI

     

     

    Google Bookmarks

    3 commentaires
  • HOMMAGE

     

    Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

    Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook annonçait son hospitalisation, à la suite d’une infection par le coronavirus. Les mots se voulaient rassurants (« Il se repose et récupère dans la sérénité »). Manu Dibango, saxophoniste et vétéran des musiciens africains en France, est mort, mardi 24 mars, a annoncé sa famille. Il avait 86 ans.

    Il laisse derrière lui soixante années de carrière et d’engagements, sans pause ni éclipse, enchaînant plusieurs vies, les oreilles toujours en alerte, à l’écoute du son des époques qu’il traversait.

    Saxophoniste au son charnu et rond, identifiable dès les premières mesures, il savait aussi être pianiste, vibraphoniste, joueur de marimba, pouvait jouer de la mandoline et, récemment, du balafon. Il était également chanteur, arrangeur et chef d’orchestre. Manu Dibango, compositeur de Soul Makossa (1972), le titre avec lequel il avait acquis une notoriété mondiale, résumait tout cela en une formule, lancée dans un de ces puissants éclats de rire qu’il semait à la volée : « Je me contente de faire de la musique. »

    Son histoire commence sous le nom d’Emmanuel Dibango, né d’une mère couturière et d’un père fonctionnaire, le 12 décembre 1933, à Douala, le port où débarquèrent les premiers Européens au Cameroun. L’organiste du temple protestant où sa mère est chef de chœur lui met la musique à l’oreille et puis également un oncle, vaguement guitariste.

    En 1949, il a 15 ans lorsque son père l’envoie en France, pour faire des études. Après vingt et un jours de traversée, il débarque à Marseille, avant de rejoindre sa famille d’accueil à Saint-Calais (Sarthe). Au milieu de ses bagages, il y a trois kilos de café qui paieront à ses hôtes son premier mois de pension. Manu Dibango aimait raconter cette anecdote qui lui inspirera le titre de sa première autobiographie, écrite en collaboration avec Danielle Rouard, Trois kilos de café, parue chez Lieu commun, en 1989 (une seconde paraîtra en 2013, chez L’Archipel, Balade en saxo, dans les coulisses de ma vie).

    Après le collège à Saint-Calais, il fréquente le lycée de Chartres, où il apprend le piano avec un des enseignants. C’est pour lui l’âge des premières cigarettes et surtout sa découverte du jazz, grâce à un compatriote de quatre ans son aîné, rencontré en colonie de vacances, à Saint-Germain-en-Laye, Francis Bebey (1929-2001), lui aussi futur musicien auteur-compositeur camerounais notoire. Celui-ci lui fait aimer Duke Ellington. Ils créent ensemble un trio dans lequel Dibango tient mandoline et piano.

    Installation à Léopoldville

    Au début des années 1950, il découvre le saxophone alto, son futur identifiant. L’année de son bac, préparé (plus ou moins) à Reims, il file vers Paris pendant les vacances. Il y passe ses nuits à fréquenter caves et cabarets où frétille et se vit le jazz. Il ne pense pas encore faire de la musique un métier mais son échec au bac va ouvrir le chemin.

    Quand son père lui coupe les vivres, en 1956, il part à Bruxelles. De retour à Paris, embauché au Tabou, un cabaret à la mode, il y drague un mannequin, Coco. Elle deviendra sa femme. Puis il retourne en Belgique avant de prendre la direction de l’orchestre d’une boîte bruxelloise, Les Anges noirs.

    Un jour y passe Joseph Kabasele, dit « Grand Kallé » (1930-1983), l’un des ténors de la rumba congolaise. C’est le créateur d’Indépendance cha cha, l’hymne des indépendances africaines, le premier tube panafricain, que Kabasele compose à Bruxelles, en 1960, au moment de la table ronde réunissant les dirigeants politiques congolais et les autorités belges. Il embauche Manu Dibango comme saxophoniste dans son orchestre African Jazz, lui fait enregistrer avec lui et son groupe une quarantaine de morceaux dans un studio à Bruxelles, puis l’embarque en Afrique.

    Manu Dibango s’installe avec sa femme à Léopoldville (future Kinshasa) où il ouvre son propre club, le Tam-Tam. En 1962, il commence sa carrière discographique sous son nom, grave une série de 45-tours à Léopoldville ou Bruxelles, dont le fameux Twist à Léo (Léo pour Léopoldville), un de ses premiers succès.

    Après une courte période de retour au Cameroun où il ouvre un second Tam-Tam, il retourne s’installer en France, y collabore avec Dick Rivers, Nino Ferrer, dont il devient le chef d’orchestre, Mike Brant… tout en continuant à enregistrer plusieurs 45-tours. Après un premier album, Saxy Party, constitué de reprises et de compositions personnelles, arrive 1972, année charnière et départ d’une nouvelle vie pour lui.

    Triomphe à l’Olympia

    Outre la parution d’African Voodoo (réédité en vinyle en 2019, sur le label Hot Casa Records), réunissant des enregistrements à l’origine destinés à servir de musiques d’illustration pour la publicité, la télévision et le cinéma, pour lequel il composera par ailleurs plusieurs BO au fil de sa carrière, 1972 est surtout l’année où il grave Soul Makossa. Un titre qu’il pensait au départ anecdotique, la face B d’un 45-tours de l’hymne qu’il avait composé pour soutenir l’équipe nationale du Cameroun, où se déroulait la 8e Coupe d’Afrique des nations de football.

    Soul Makossa, inclus dans l’album O Boso, se vendra à des millions d’exemplaires à travers le monde. Il sera « emprunté », sans son accord, par Michael Jackson pour Wanna Be Startin’Somethin’sur l’album Thriller, en 1982, puis par Rihanna dans Don’t Stop the Music en 2007, ou encore Jennifer Lopez sur un clip, en 2012, du titre Feelin’So Good.

    En 1973, Soul Makossa permet à Manu Dibango de triompher à l’Olympia, lui ouvre les pistes de danse africaines et les ondes aux Etats-Unis. Un DJ new-yorkais venu faire son marché à Paris dans les boutiques de disques africains avait craqué sur ce morceau d’une efficacité redoutable pour faire danser.

    Manu Dibango se voit invité dans la foulée au prestigieux Apollo Theater, à Harlem, puis par le Fania All Stars, qui réunit le gotha de la salsa en pleine ébullition à New York. « A l’époque, racontera plus tard Manu Dibango, chacun revendiquait les racines africaines dans le Black et le Spanish Harlem. Les Fania All Stars m’ont demandé de tourner avec eux. J’étais le seul Africain de la bande, j’apparaissais donc un peu comme un symbole. »

    Avec le Fania, Dibango se produit au Madison Square Garden, au Yankee Stadium, tourne en Amérique latine. Après cette aventure, il jette l’ancre à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pendant quatre ans. Il y dirige l’Orchestre de la Radio-télévision ivoirienne. Viendront ensuite l’envie de toucher au reggae, à la musique cubaine, de se mélanger aux sons urbains dans l’air du temps (hip-hop, électro), sans jamais oublier le jazz, son fil rouge tout au long de ses déambulations musicales.

    Nommé artiste de l’Unesco pour la paix en 2004, Dibango a souvent mis sa notoriété au service de combats qu’il jugeait importants : la faim dans le monde (Tam-Tam pour l’Ethiopie), la libération de Nelson Mandela, la liberté d’expression ou le réchauffement climatique. Son métier de musicien le mettait toujours autant en joie, déclarait, quelques semaines avant sa mort, Manu Dibango, tout occupé à préparer un nouveau projet, autour du balafon. « Je suis passionné et curieux », résumait-il, pour dire que raccrocher, ce n’était certainement pas à l’ordre du jour pour lui.

    Source :lemonde

     

    Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Google Bookmarks

    1 commentaire
  • IMPRESSIONNANT...

     

     

    L'invasion de criquets se poursuit en Afrique de l'Ouest

    De la Somalie au Soudan du Sud, les essaims de criquets pèlerins ravagent l'Afrique de l'Est

    Alors que les insectes ont atteint cette semaine la République démocratique du Congo, les Nations unies ont lancé un nouvel appel de fonds de 138 millions de dollars et mis en garde contre un «risque important» de famine dans une région déjà menacée.

    Jour après jour depuis plusieurs semaines le ravage, aux dimensions bibliques, se reproduit dans de nombreux pays d'Afrique de l'Est : une nuée de criquets pèlerins s'élève aux premières lueurs du jour au-dessus des arbres de karité et des champs cultivés, dévastant tout sur son passage. Ces essaims destructeurs - dont l'ampleur serait en partie due au changement climatique - ont déjà atteint le Kenya, l'Éthiopie, l’Érythrée, Djibouti, la Somalie, l'Ouganda, la Tanzanie, le Soudan et, depuis une semaine, le Soudan du Sud.

    Chaque jour d'autres pays sont touchés. Cette semaine, la signalisation d'un essaim à la frontière orientale de la République démocratique du Congo a été confirmée alors que ce pays n'avait plus été envahi par le criquet pèlerin depuis... 1944. Ces essaims totalisent des milliards d'insectes. Un seul de ces essaims couvrait, début février, une surface de 2 400 km², soit la taille du Luxembourg. À titre d'exemple, un essaim de 40 à 80 millions de criquets peut consommer l'équivalent en nourriture de 35.000 personnes par jour.

    Face à une invasion «sans précédent dans l'histoire moderne», l'Agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) met en garde contre un «risque important de famine», selon un communiqué publié ce jeudi 27 février. Le 20 janvier, la FAO avait lancé un appel de fonds de 76 millions de dollars afin de soutenir la lutte contre cette invasion de ravageurs. Mais les ressources qui devaient permettre de contrôler l'invasion ont été trop lentes à arriver. L'ONU appelle donc de nouveau aux dons, et réclame 138 millions de dollars pour «aider les gouvernements à lutter contre ces insectes ravageurs, et tout particulièrement lors des quatre prochains mois».

    Le Soudan du Sud fragilisé

     

    IMPRESSIONNANT...

     Invasion de criquets à Jijiga, en Éthiopie

     

    Les essaims géants sont entrés au Kenya en décembre, ravageant sur leur passage la prairie du nord et du centre du pays. Si les agriculteurs ont été relativement épargnés, leurs champs ayant déjà été moissonnés, les éleveurs sont frappés de plein fouet par une invasion qui détruit les moyens de subsistance de leurs animaux. Son impact est d’autant plus élevé que les éleveurs venaient de subir trois années de sécheresse et qu’il faut habituellement jusqu’à cinq ans pour se remettre d’une telle épreuve. Si la menace des criquets n’a pas été jugulée d’ici le début de la prochaine saison de semis, aux alentours de mars, les agriculteurs pourraient voir leurs champs anéantis.

    Sur le terrain, les conséquences sont déjà visibles. Selon l’ONG Acted, 65% de la production agricole dans le comté de Madera, au Kenya, est affectée par cette invasion. En Somalie, dans la région de Gedo, «entre 35% et 60% des zones de productions agricoles ont été endommagées depuis le début de cette crise», poursuit l’ONG, provoquant une flambée des prix des denrées alimentaires. En Éthiopie, la zone de Libien, composée à 70% d’agriculteurs et d’éleveurs, a également été touchée par cette invasion, affirme Acted.

    Mais l'inquiétude concerne désormais le Soudan du Sud où l'arrivée de ces criquets pourrait s'avérer catastrophique. Dans le premier, 60% de la population est déjà menacée par la faim, en raison des effets combinés de la guerre, de la sécheresse et d’inondations. La situation en RDC pourrait également être dramatique. Il s'agit en effet d'un pays encore aux prises avec un conflit complexe, le virus Ebola, les épidémies de rougeole et une insécurité alimentaire chronique pourrait avoir des effets désastreux.

    Un possible fléau

     

    IMPRESSIONNANT...

    Invasion de criquets à Ololokwe, au Kenya

    «Actuellement, les essaims matures sont en train de pondre leurs œufs dans de vastes zones en Éthiopie, au Kenya et en Somalie, dont un bon nombre sont déjà en train d'éclore», note la FAO. «Dans quelques semaines seulement, la prochaine génération de ravageurs passera du stade juvénile au stade adulte avec des ailes, et reprendra son activité frénétique d'essaims destructeurs. Or, ce sera justement la période où les cultures des agriculteurs commenceront à germer. La prochaine vague d'acridiens pourrait ravager les principales récoltes de l'année en Afrique de l'Est, précisément au moment où elles sont les plus vulnérables», poursuit l'agence qui appelle à agir «maintenant» pour éviter ce scénario.

    La FAO estime qu'il s'agit de la «pire situation» qu'a connu la Corne de l'Afrique en un quart de siècle concernant les criquets pèlerins. Si le phénomène d'invasion s'aggrave, dans un an ou plus, cela serait considéré comme un fléau. Il y a eu six grandes invasions de criquets au XXe siècle, dont la dernière s'est produite en 1987-89. L'agence de l'ONU appelle donc la communauté internationale à se mobiliser et à choisir : «Payer un peu tout de suite, ou payer beaucoup plus, plus tard».

    Source :lefigaro.fr

     

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique