•  

     

    Le Rwanda interdit officiellement la sorcellerie pendant les matches de football

     

     

    La Fédération rwandaise de football (FERWAVA) a interdit la sorcellerie sur les pelouses après qu'un joueur a «jeté un sort» durant un match.

     

    16 décembre 2016 au Rwanda lors d'un match entre le Mukura Victory Sports et le Rayon Sport. alors que le Mukura mène 1-0 sur sa pelouse et que son gardien a le ballon en main, l'attaquant du Rayon Moussa Camara se précipite sur le poteau droit du but adverse pour y exécuter ce qui a été perçu comme un acte de sorcellerie. Il est immédiatement pris en chasse par le portier de l'équipe à domicile et quelques défenseurs, mais l'incident en reste là, avec un simple carton jaune adressé à l'attaquant par l'arbitre.

    Quelques minutes plus tard, Moussa Camara réussit à propulser le ballon au fond des filets sur un centre venu de la gauche. Le match s'est terminé sur le score de 1-1. Si l'incident puis le but prêtent à sourire, la Fédération rwandaise de football (FERWAVA) a pris tout cela très au sérieux. A l'issue d'une réunion de travail «extra-ordinaire» qui a regroupé tous les présidents des clubs de la première division, la plus haute autorité footballistique du pays a mis en place des sanctions contre l'usage de la sorcellerie autour des matches.

     

    Grosses amendes en cas d'utilisation de la sorcellerie

    D'après le New Times, un des quotidiens les mieux diffusés du pays, les joueurs coupables de sorcellerie écoperont d'une amende de 100.000 francs rwandais (environ 116€) et de trois matches de suspension, contre 200.000 francs rwandais et quatre matches de suspension pour les entraîneurs (environ 232€), en plus d'une amende de 500 000 francs rwandais (environ 580€) et d'un retrait de 3 points pour les clubs impliqués.

    Le journal explique que d'après Vedaste Kayiranga, vice-président de la FERWAVA, tous les présidents des clubs présents à la réunion ont admis à l'unanimité que la croyance en la sorcellerie est une grande menace non seulement pour le football, mais aussi pour l'image du pays. Le vice-président de la FERWAVA a déclaré au quotidien rwandais: «Puisqu'il n'y a pas de moyens scientifiques de prouver l'utilisation de la sorcellerie, ces mesures se baseront sur les rapports des arbitres et tout élément laissant penser à l'utilisation de la sorcellerie».

     

     

    Source :Le figaro.fr

    Google Bookmarks

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique