• elephant parlant!!

     

    L'éléphant qui voulait parler comme un homme 

     

     

    La chose est courante chez les perroquets ou les mainates. Mais très rare chez l'éléphant qui généralement barrit ou communique par des infrasons que l'oreille humaine ne peut entendre. Pourtant, Koshik, jeune éléphant d'Asie mâle, aujourd'hui âgé de 22 ans, du zoo d'Everland, en Corée du Sud, peut aujourd'hui prononcer clairement cinq mots en coréen. Il peut ainsi dire «annyong» («bonjour»), «anya» («non»), «choah» («bien»), «anja» («assis») et «nuo» («couché»).

    Pour vocaliser ainsi comme les hommes, Koshik introduit sa trompe dans sa bouche, contre sa langue, et en modulant son souffle parvient à produire les sons correspondant à ces mots. Des chercheurs ont voulu vérifier qu'il n'y avait pas «trucage». Pour cela, ils ont longuement enregistré le pachyderme. Puis ils ont soumis ces enregistrements à plusieurs dizaines de personnes parlant le coréen, sans leur dire d'où provenaient les mots enregistrés. Et là, plus aucun doute: les mots étaient totalement reconnus (à lire dans Current Biology). Les chercheurs ont étudié les fréquences des sons de Koshik, les comparant d'une part avec des sons humains, elles sont identiques, et avec ceux d'autres éléphants, elles sont très différentes.

    Le plus surprenant est que Koshik a appris tout seul ces mots et la façon de les générer. S'il existe des cas documentés d'animaux parleurs, un phoque, nommé Hoover, dressé à cela, un beluga qui prononçait son nom, «Logosi», peut-être un éléphant dans un zoo du Kazakhstan, peu ont été réellement étudiés aussi précisément. Les animaux les plus étudiés dans le domaine de la verbalisation ont toujours été les singes. Sans franc succès. Le cas de Koshik n'en est que plus remarquable même s'il ne fait qu'imiter sans mettre de signification dans les mots qu'il émet.

    Il est né en captivité en 1990 et a été transféré à Everland en 1993. Pendant deux ans, il a été entouré de deux «soeurs». Puis à partir de l'âge de 5 ans, de 1995 à 2002, il est resté seul de son espèce dans le zoo. L'hypothèse des chercheurs est que Koshik, soumis à un dressage pour obéir à des ordres simples, et ne fréquentant que des humains, cornacs, soigneurs, vétérinaires, touristes, a voulu se socialiser en créant des liens plus forts avec ceux qui l'entouraient. A peu près au moment de sa puberté, en 2004 (à 14 ans), le personnel du zoo a remarqué qu'il commençait à imiter des mots. Il voulait parler comme un homme: il a réussi au-delà de ses espérances en acquérant cette célébrité.

    Source : lefigaro.fr 

    Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Le ouistiti pygmée




    ouistiti pygmée est aussi appelé ouistiti mignon ou marmouset ou singe de doigt

    Classe : Mammifères ; Ordre : Primates ; Sous ordre : Platyrrhiniens ; Famille : Callithricidés Espèce : Cebuella pygmaea

    C’est le plus petit de tous les singes.
    La longueur de son corps est de 14 à 16 cm, avec un poids de 150 à 200 grammes. Sa queue a aussi une longueur de 15 à 20 cm

    La femelle met bas, habituellement, 1 ou 2 petits, après une gestation de 140 jours.

    Il est endémique de la forêt amazonienne. Ces singes vivent en groupes familiaux dominés par un couple parental.la plupart du temps le mâle dominant porte les petits qui à la naissance pèsent 10 grammes

    Son alimentation est celle d’un omnivore, il mange de tout : fleurs, fruits, nectar et sève. Il consomme aussi de petites bêtes : escargots, araignées, grenouilles, lézards.

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

     

    ouistiti pygmée

    Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique