•  

    clic sur les flèches pour faire défiler


    1 commentaire
  • flamboyant

     

    Flamboyant

     

    Le flamboyant est un arbre de plus de 10 m de hauteur en forme de parasol. Il est tout à fait remarquable lorsque ses grosses fleurs rouges ou jaunes font leur apparition en été. Son feuillage disparait pendant la saison sèche pour réapparaître avec le retour de la saison des pluies.

     

    flamboyant

     


    1 commentaire
  • cafeier

     

    Robusta

     

     C'est au Zaïre, dans le bassin du Congo au début du 19e siècle, que la variété d'arbres Coffea canephora - connue sous le nom de robusta - a été découverte pour la première fois. Depuis, le robusta représente 65 % de la production de café du continent africain. Plus résistant, le robusta remplace dès 1877, les arabicas néerlandais d'Indonésie ravagés par la rouille.

     

    cafeier

     

     


    1 commentaire
  • Khambila mama

     

     

     

    "Khambila mama" : une plante dangereuse qui colonise les forêts luxuriantes des vallées du Kwango et de la Wamba. 

     

    "Khambila mama" (traduire : "va avertir ma mère") : Tel est le nom que les habitants de la région du Kwango ont donné à une plante dont l’origine est incertaine. Personne ne nous a donné son nom scientifique. Beaucoup disent que cette plante serait venue de la Chine et que ce sont les Chinois qui l’auraient planté pour la première fois au bord des routes pour stabiliser le sol et combattre l’érosion lors des travaux de construction des routes. Cette information n’est pas vérifiable. Mais la plante existe, elle est là, réelle.

    Les racines de cette plante s’enfoncent très profondément dans le sol, ses graines se dispersent vite et les jeunes plantes s’enchevêtrent entre elles, de telle sorte qu’elles ne laissent aucune chance à une autre plante de résister et de croître près d’elles. Quand "Khambila mama" a colonisé un terrain, il n’est plus possible de l’éradiquer, car c’est une plante envahissante qui prolifère vite. Et c’est celui-là le problème. Les belles forêts luxuriantes de grandes vallées de la région sont étouffées petit à petit par cette plante et deviennent de plus en plus impénétrables. Les animaux qui y ont leurs refuges ont du mal à se mouvoir et se retirent de plus en plus là où ils peuvent se sentir en sécurité. Les gens ont du mal à défricher les champs, car "Khambila mama" ne s’arrache pas facilement du sol. Il faut être à plusieurs pour faire un champ. Les jeunes font appel à leurs parents pour venir les aider dans les travaux pénibles de défrichage. C’est de là que cette plante tire son nom actuel : "Khambila mama", c'est-à-dire, "va dire à ma mère de venir m’aider à arracher cette plante".
    Certains qui, pendant les travaux de champs, se sont blessés par imprudence en se heurtant à cette plante, ont vu leur jambe amputée. Aujourd’hui, on sait que quand on est blessé de cette manière, il faut tout de suite mettre les feuilles de cette plante sur la plaie pour la stériliser. Jusqu’à présent aucune étude n’a été faite sur cette plante. Comment arrêter sa progression, comment protéger les forêts et les terrains cultivables. Personne ne le sait encore.

    (Source : lekwangoonline) 

    nota: le nom de cette plante est Chromolaena odorata 

    Merci à Luc Pauwels pour cette précision 


    1 commentaire
  • Bauhinia

     

    Bauhinia thonningii 

     

    Famille des légumineuses (Césalpiniacées)

    Grand arbuste au bois rougeâtre pouvant atteindre 6 m de hauteur, très ramifié; Les jeunes feuilles sont duveteuses et rougeâtre, les feuilles adultes sont bilobées.

    Les fruits sont longs, larges, très coriaces, plats et les gousses légèrement fissurées.

    C'est une espèce panafricaine, très commune dans les savanes du parc de la Garemba (RDC)

     

    Utilisations 

     

    L’écorce riche en tanins est utilisée pour le tannage des peaux

    Des gousses et des graines, on peut extraire un colorant bleu foncé.

    La partie interne de l'écorce contient une gomme, qui gonfle dans l'eau et durcit et est utilisée pour le calfatage des bateaux africains.

     

    En médecine : Les infusions de feuilles et l'écorce sont utilisées contre les vers, la dysenterie, la diarrhée, le paludisme, la lèpre, maux de gorge et dents douloureuses.

    Le charbon de bois écrasé dans l'huile produit une pâte utilisée comme un onguent pour la poitrine.

     

     

    Bauhinia

     

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique